Qu’est ce qu’une personnalité zèbre (hypersensible et surdouée) ?

Il se peut que vous ayez déjà entendu une personne être qualifiée de zèbre.

À la première écoute de ce mot, l’image de l’animal aux multiples rayures nous vient à l’esprit.

On peut certes tenter de définir la personnalité zèbre comme une personnalité disposant de multiples facettes (en référence à l’animal), mais la réalité est tout autre.

Qu’est ce qu’une personnalité zèbre (hypersensible et surdouée)

La personnalité zèbre est très souvent synonyme d’hypersensibilité et de haut potentiel.

Personnalité zèbre : que faut-il retenir ?

On désigne par zèbre, une personne qui possède une ou plutôt des intelligences spécifiques (autant émotionnelles que cognitives).

De façon simple, cette personne est considérée comme un surdoué.

En effet, elle résout plus vite les problèmes, comprend rapidement certaines façons de faire les choses, a un meilleur sens de la logique et plus encore.

Néanmoins, malgré ce haut potentiel que possède le zèbre, il trouve difficilement ses repères dans la vie sociale.

Hypersensible, il peine à entretenir des rapports relationnels avec les autres.

Il lui faut souvent faire un grand travail sur lui-même pour réussir à s’accommoder aux autres.

Le « zèbre » : un vrai surdoué

Comme mentionné précédemment, le zèbre est peu doué en relations sociales.

Cela n’empêche pas qu’il soit très sympathique.

On ne peut donc pas définir à 100 % la personnalité zèbre.

Le seul point commun à la majorité des zèbres est qu’ils sont vraiment doués.

Leur potentiel est remarquable dans tous les domaines où ils évoluent.

QI élevé ?

Oui, car les zèbres le rapportent eux-mêmes : leur système cognitif est plus prompt à démarrer.

Ils ressentent ainsi plus vite et plus fortement les choses.

Mais cela ne signifie pas forcément que le zèbre est plus intelligent que les autres.

Il pense et ressent plutôt d’une autre façon.

Déjà petit, il s’illustre par sa capacité à apprendre plus rapidement que les autres enfants.

Il s’ennuie et ne prête pas attention à ce qu’on lui dit.

Mais étonnamment, le zèbre ne reconnaît pas ou alors nie souvent son intelligence prononcée.

Hypersensible : un peu trop !

Le revers de la médaille est que ces surdoués se retrouvent dans des situations peu reluisantes dues à leurs émotions.

Leur haut potentiel fait souvent dire qu’ils s’imposeront ou se démarqueront partout où ils iront.

Mais cela n’est pas vraiment le cas.

Le zèbre a un fort penchant pour la perfection.

La peur de l’échec le taraude très souvent et le pousse à se tuer à la tâche.

Il est aussi hypersensible, faible à la manipulation, et se remet très souvent en question.

Il peut lui arriver de bloquer sur un évènement qui lui a suscité une forte émotion.

À l’école, il s’écarte des autres et a une difficulté à se faire des amis.

Préoccupé, il trouve refuge dans la réflexion, et dans ce cas, la dépression n’est pas vraiment loin.

Il peut aussi passer très rapidement d’une humeur à une autre sans raison.

Le zèbre se sent différent car incompris.

Un changement est-il possible pour le « zèbre » ?

Lorsqu’il passe à l’âge adulte, le zèbre peut opérer un changement sur sa personnalité.

Cela lui nécessitera un grand travail sur lui-même.

Il devra prendre conscience de ses particularités et prendre le temps de les accepter.

Cela lui évitera un repli sur soi excessif, un grand manque de confiance en soi et une dépression complète.

Une fois cette conscience prise, le zèbre pourra se lancer dans le bon usage de ses capacités.

Le fait d’être zèbre ne change en rien l’humanité d’une personne.

Ce n’est qu’une différence notable mais parfaitement gérable.

Comme l’affirment les spécialistes en psychologie, l’important est avant tout de s’accepter comme on est pour pouvoir avancer.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la personnalité zèbre, vous trouverez plus d’infos sur psy.be.


Articles connexes :

Migraine intense au réveil : est-ce lié au covid 19 ?